vendredi 19 décembre 2014

Les New York Dolls t'ouvrent leur coeur, in L-U-V



NEW YORK DOLLS "Lonely planet boy" (live)


Wiki  : The New York Dolls est un groupe de rock américain fondé en 1971 à New York et dissous en 1977. Ils sont l'exemple typique de musiciens rock flirtant avec l'imagerie dérangée. Ils sont considérés comme un des groupes précurseurs du punk rock. Leur musique est un condensé de glam rock, leur attitude est glam également et leur look aussi important dans l'histoire que leur musique (sinon plus) est dans cette même lignée (perruques, travestissement et maquillage outrancier). En 1975, Thunders et Nolan quittent le groupe pour former The Heartbreakers.
À l'origine, le groupe était composé du chanteur David Johansen, des guitaristes Johnny Thunders (John Genzale de son vrai nom) et Rick Rivets, lequel ayant été remplacé quelques mois plus tard par Sylvain Mizrahi (connu sous l'identité de Syl Sylvain), du bassiste Arthur "Killer" Kane et du batteur Billy Murcia. Ils choisissent le nom du groupe d'après le New York Doll Hospital, un lieu où l'on répare les poupées, à côté du magasin tenu par l'oncle de Sylvain. Leurs premières répétitions sont des reprises de grands artistes du rythm'n'blues : Otis Redding, Sonny Boy Williamson... Mais leur style propre (maquillage et tenues outrancières) est inspiré de l'avant-garde artistique du New York de l'époque, dont son plus fameux représentant, Andy Warhol. Leur première apparition sur scène remonte au réveillon de Noël 1971 et eut lieu dans un refuge de sans-abris : l'Endicott Hotel, puis ils se produisent au Mercer Arts Center devant un public encore assez restreint. C'est après une de leur prestation que Marty Thau décide de devenir leur manager et leur organise une tournée en Angleterre où le groupe fait sensation en jouant en première partie des Faces. Mais la tournée est malheureusement écourté du fait de la mort par overdose aux amphétamines du batteur Billy Murcia.
De retour à New York, le groupe engage Jerry Nolan. C'est à partir de cette époque que les concerts des New York Dolls deviennent des démonstrations frénétiques mêlant les musiciens aux spectateurs. Avec la firme Mercury (Mercury Records), les New York Dolls enregistrent leur premier album éponyme (produit par Todd Rundgren) et livre un disque aux nombreuses influences qui annoncent la révolution punk-rock (nous sommes alors en 1973, en plein dans l'ère de la musique progressive). Mais leur premier album est un échec commercial, l'album n'atteint que la 116ème place des charts US et n'entre même pas dans les classements britanniques. Le deuxième album Too Much, Too Soon ("Trop, trop tôt") est enregistré en 1974 avec Shadow Morton aux manettes. Il comporte son lot de grands titres (des compositions mémorables ainsi que des reprises) et affiche clairement la maîtrise du jeu de guitare de Thunders. Pourtant, devant le faible succès du disque (167e place dans les charts US), Mercury abandonne le groupe. Alors qu'ils sont en plein désarroi, les New York Dolls sont approchés par Malcolm McLaren (futur manager des Sex Pistols). Celui-ci se met en tête de relancer leur carrière, mais leur tournée en Floride tourne au désastre suite à l'arrestation des "fournisseurs" du groupe et les membres se séparent. Seuls David Johansen et Syl Sylvain continuent avec d'autres musiciens en jouant au Japon comme première partie de Jeff Beck. Suite à la séparation du groupe, les musiciens poursuivirent une carrière en solo : Johnny Thunders fondera The Heartbreakers, David Johansen prendra plus tard le pseudonyme de Buster Poindexter, chanteur de cabaret, Arthur Kane participera aux Corpse Grinders, et enfin Syl Sylvain publiera deux albums.

Intro clin d'oeil :
video
Petits cons de punks !

1971, formation des New York Dolls. 1975, séparation de cette formation passée culte (comme souvent dans le rock'n'roll) bien des années plus tard. Entre temps, Bob Gruen, photographe ayant fréquenté dans cette décennie tout ce que compte le gratin undreground rock'n'roll de la grosse pomme, et sa femme Nadya ont traqués ces showmen à l'esprit frais et novateur. Armés d'une toute nouvelle "mini" caméra portative, ils rapportent à l'époque plus de 40 heures de film, présentant le groupe au plus haut de sa forme lors de quelques concerts inoubliables au Whisky A Go Go, club devenu culte par la suite ou au The Real Don Steele Show, avant de clôturer cette avalanche sonore par une prestation énergique au Rodney Bingenheimer's E Club. On retrouve également les virées nocturnes de débauches du groupe plus quelques interviews  et du backstage jouissif.  Rare et suffisamment complet dans l'ensemble, au vu de la courte carrière du groupe, ce DVD "All dolled Up" reste le document définitif des New York Dolls. Amen !

Le doc :
Part 1 :
video
Part 2 :
video
Part 3
video
 Part 4 :
video


Bob Gruen présente ses photos :
Part 1 :
video
Part 2 :
video

David Johansen et un fan, un certain Freddy M.
Part 3 :
video
Part 4 :
video



Live :
Part 1
video

Part 2 :
video

Artwork de fan...

L'interview de Bob Gruen par Handsome dick Manitoba (Dictators)

video



video
video
Glen Matlock et Syl Sylvain